Commune de Limoux

  1.  Favoriser l’implantation en offrant des sites, des structures,
  2.  Développer des axes de communication
  3.  Rechercher des partenariats.

 Le développement économique relève de la compétence de la Communauté de Communes du Limouxin. Son action principale en ce domaine repose sur des acquisitions foncières en vue de l'élaboration de zones d’activités, mais également sur la gestion et l’exploitation de sites dédiés aux entreprises. Cette dynamique a permis la création, proposée par le Président du Conseil Régional Languedoc-Roussillon en 2007, du Parc Régional d’Activités Economiques (PRAE) sur Limoux baptisé « Charles Cros ».

  • La zone de Pieusse 

Aujourd’hui sont installées une dizaine d’entreprises. Une trentaine d’emplois dans les secteurs de l’écoconstruction et de l’innovation ont été créés. Ainsi plus de la moitié des ateliers et le tiers des bureaux sont occupés par de « jeunes » entrepreneurs. La future zone de Cépie accueillera des entrepreneurs issus de différents secteurs d'activités, désireux de s’installer dans le Limouxin.

 

  • La Pépinière d'Entreprises

La  Communauté de Communes dispose, de par la loi, des compétences d'aménagement et de développement économiques. Ainsi la Communautés de Communes du Limouxin assure depuis le 1er janvier 2015 la gestion et l’exploitation de la Pépinière Hôtel d’Entreprises ERECO, en étroite concertation avec l’ensemble des EPCI du territoire. Ainsi, la vocation de la Pépinière reste plus que jamais la structure d’accueil et d’accompagnement des porteurs de projets et des chefs d’entreprises au plus près des territoires qui composent le Pays de la Haute-vallée de l'Aude.

Une contre-allée sécurisée facilite désormais l’accès aux automobilistes, piétons et cyclistes.

.

 

  • Centre ville : la Commune ouvre de nouveaux horizons

 Un champ d’intervention important du Contrat de ville de Limoux est le soutien de l’activité économique. Cela concerne notamment le centre-ville et les activités commerciales et artisanales qui l’animent. Avec l’Union des Commerçants et des Artisans (U.C.A.L.) et les chambres consulaires, la Commune de Limoux s’engage pour impulser une nouvelle dynamique pour que le centre ancien soit toujours le cœur battant de notre ville.

Depuis 2015 et pour une durée de 5 ans, les commerçants et les artisans du centre ancien et de la petite ville bénéficient d’une exonération fiscale, sous réserve de ne pas dépasser 10 salariés et 2 millions d’euros de chiffre d’affaire annuel hors taxes. Cette exonération porte sur la Contribution Foncière des Entreprises (CFE - ex taxe professionnelle). Elle porte également sur la part communale de la Taxe Foncière sur les Propriétés Bâties (TFPB) payée par les propriétaires des locaux commerciaux et artisanaux occupés, souvent répercutée sur le loyer des professionnels qui occupent les locaux. Ces exonérations représentent une économie collective d’environ 350 000 € pour les 110 commerçants et artisans concernés dans le centre ancien et la petite ville. En 2016, cette exonération fiscale est étendue aux commerces et activités artisanales situés sur chacune des bordures de la voie publique délimitant le quartier prioritaire de la Politique de la Ville. 15 commerçants et artisans supplémentaires bénéficient de cette mesure. Les exploitants éligibles à ce dispositif d’exonération peuvent s’adresser au Centre des Finances Publiques de Limoux (Service des Impôts des Entreprises) pour se procurer l’imprimé n° 1447 M-SD pour l’exonération de la CFE. Les propriétaires des immeubles concernés par l’exonération de la TFPB peuvent se procurer la déclaration n° 6733-SD auprès du Service des Impôts des Particuliers avant le 31 Décembre 2016 (pour les impôts dus au titre de l’année 2017). Pour les impôts dus au titre de l’année 2016, les demandes d’exonération qui n’ont pas déjà été formulées avec les imprimés prévus peuvent formuler une demande de dégrèvement sur papier libre, par voie contentieuse avant le 31 Décembre 2017.

La Commune de Limoux est candidate à la signature d’une nouvelle convention avec l’Etat pour mobiliser le F.I.S.A.C. (Fonds Interministériel de Soutien à l’Artisanat et au Commerce) et poursuivre les travaux urbains facilitant l’accessibilité, la mobilité, la signalétique, la sonorisation par wifi … Réponse attendue début 2017.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de notre site et de ses services. En savoir plus J'ai bien compris