Commune de Limoux

 

 Bourrel Aude dite Jacoba (XIII° s. 1307)

Originaire de Limoux, dernière « Parfaite » Cathare connue, elle part pour l’Italie à la recherche de bonshommes et d’enseignement. En 1303 - 1304 elle revient « Parfaite » accompagnée d’un autre Parfait originaire lui aussi de Limoux Philippe d’Alairac. Morte de maladie à Toulouse en 1307, elle est exhumée en 1309 pour être brûlée pour hérésie (“Les femmes Cathares” d’Anne Brenon, éditions Perrin).

Brenac Pierre ( XIVème 1404- 1440)

Moine augustin dans le couvent de cet ordre à Limoux, il fit transporter dans le centre de la ville la maison conventuelle.Confesseur et bibliothécaire apostolique sous le pontificat de Boniface VIII, de Grégoire XI et Urbain V, il fut nommé Evèque de Tarente, Patriarche d'Alexandrie.

 de Cadurce Jean ( XVI°s. mort en  1532)

Martyr protestant, natif de Limoux, où il fut brûlé vif comme hérétique en 1532. Crespin l'a inscrit dans son Livre d'or: « Homme d'excellent savoir, tant en sa profession qu'ès saintes lettres », il professait le droit à l'Université de Toulouse. Se trouvant dans sa ville natale, le jour de la Toussaint 1531, il fit une exhortation et fut cause qu'à souper, au lieu du cri païen: Le roy boit! On adopta de dire Que Christ règne en nos coeurs! Ensuite, au lieu des propos et jeux  licencieux auxquels on avait coutume de se livrer après boire, on conversa sur l'Ecriture. Dénoncé comme novateur, il fut arrêté en janvier 1532, et comme il embarrassa les juges en justifiant et maintenant tout « ce qu'il avait sur le cœur », voulant un débat public « avec gens savants ), on lui demanda seulement de se rétracter sur trois points, et de déclarer aux écoliers qu'il avait failli, moyennant quoi on le relâcherait. Après un moment d'hésitafion, il tint ferme, et fut condamné comme hérétique

Rivoire (? XVIIème s.)

Une société de gens de lettres de Limoux, au nombre de 7 membres avait pris goût à tourner des épigrammes contre ceux qu'elle détestait. L'un d'eux était connu sous le nom de Rivoire. Or ce Rivoire  se défendit fort bien en faisant paraître contre ses détracteurs plusieurs poèmes en languedocien: La Crambo Ardente, (le nom des 7 Juges en question), l'Hydro, l'Aïrissou coumbertit, Les Berses dal Poueto patoues al Predicaïre gascoun et la Parabolo de las aygas.

Théron Vital (1572-1657)

Entré dans la Compagnie de Jésus e, 1587, il professa la rhétorique, la philosophie et la théologie morale. Des talents oratoires lui valurent une grande célébrité: il évangélisa de nombreuses villes de France pendant 50 ans. Il devint recteur du collège de Montauban et puis celui de Provincial à Toulouse. Il publia plusieurs pièces de théâtre en vers latins et des poèmes dont les plus célèbres sont: La vie de Jésus Christ et la vie du Roi Henri IV.

 Aostène Pierre et Bernard  (XVIIème s.)

Résidant à Limoux, les deux frères pressuraient les communautés d'impôts et de taxes avec la complicité des consuls et des députés du diocèse. L’Évêque Nicolas Pavillon lutta à partir de 1641 pendant trente ans contre eux! En 1668, ils furent contraints de vendre leurs charges. et décédèrent peu après, avant  que toutes les sommes indûment perçues ne fussent remboursées.

Raynaud Marc Antoine ( 1720-1796)

Novice à l'Abbaye de Saint Polycarpe, qui était un bastion du Jansénisme, il fut, à sa fermeture sur ordre du roi, envoyé à Auxerre.Il devint le curé de Vaux. De 1765 à 1788 il publia de nombreux écrits et fit paraître une histoire de Saint Polycarpe.(1779). A la Révolution il refusa de prêter serment, perdit sa cure et fut emprisonné deux ans à la fin desquels il mourut dans le plus grand dénuement.

Ribes Raymond (1743-1819)

Avocat, Premier Consul de 1775 à 1778, Subdélégué de 1786 à 1789, il fut élu en 1790 au Directoire du Département. Député à la Législative, il prononça un discours ultra réactionnaire. Il se retira de la vie politique et ne retrouva une fonction au Tribunal de Limoux que sous le Directoire.

Dargiot de la Ferrière Paul Louis (1745- ap 1817)

Militaire, à partir de 16 ans il servit dans l'armée royale; fit la guerre de Sept Ans, puis la campagne de Corse; en 1791, il était Colonel. La Révolution le nomma Général de brigade après 1791.

 Fabre d'Eglantine Philippe (1750-1794)

Auteur dramatique, poète et homme politique. Né à Carcassonne, il fait ses études au Couvent des Doctrinaires (actuellement la Poste et l'École J. Prévert) à Limoux, où son père est marchand drapier. Il est l’auteur de la chanson “Il pleut, il pleut bergère”. Il met en scène le “Philinte” de Molière et prend part à la réalisation du Calendrier Républicain. Il est guillotiné en même temps que Camille Desmoulin et les Dantonistes.

 Bonnet Marcellin  (1766-ap 1818)

Pharmacien, auteur du Facies planctorum qui fait l'admiration de tous les botanistes et même celle des artistes (L.Chartier) Ces planches représentent des plantes séchées enduites de couleurs d'aniline.

La bibliothèque de Carcassonne possède deux volumes de ces ouvrages.

 Chénier André (1762-1794)

Poète né à Constantinople. Sa tante paternelle résidant à Carcassonne, il vient enfant à Limoux. Engagé auprès du mouvement révolutionnaire, il proteste alors contre les excès de la terreur et meurt sur l’échafaud.

Bonnet Pierre François (1754-1809)

Premier Consul de Limoux en 1769, il est élu en 1792 à la Convention, il devient président du tribunal du district de Limoux ; il vote la mort du Roi; il s'engage dans la réaction thermidorienne , fait partie du Comité d'Instruction publique; devient Député jusqu'au 18 Brumaire.

Saint-Gervais Jean François (1759-1819)

Militaire, Franc-Maçon, il fut commandant  en 1790 de la Garde Nationale de Limoux. Maire, puis Président de l'Administration municipale de la ville en l'An IV, il devint Député aux Cinq-Cent en l'An V. Il se rallie à Bonaparte au 18 Brumaire. Il reçut de ce fait la Sous Préfecture de Limoux qu'il conserva jusqu'en 1815. Poète, animateur de la société littéraire locale, , attaché à son domaine de Brasse, il fut néanmoins suspendu par la Restauration. Il retrouva son poste quelques semaines avant sa mort en 1819.

d'Auriol-Lauraguel Jean François ( 1762 1809)

Prêtre et poète, il est l'auteur de Épitre à mon poêle en 1787 et Mes adieux au Collège Louis-le Grand  en 1788 qui furent un hommage à l'enseignement qu'il y reçu et à ses condisciples ( Robespierre). Il entretint une correspondance avec Fabre d'Eglantine. Il arrêta tout à la Révolution.

Il "suspendit la lyre en quittant la soutane" d'après l'expression de Labouisse Rochefort Il finit comme agriculteur à Lauraguel.

Andrieu Marie Antoine (1768-1802)

Né à Limoux, il entre à la Révolution dans la garde nationale et devient Capitaine des Volontaires de l’Aude. Il meurt à Saint Domingue des suites d’une épidémie.

de Rolland du Roquan Antoine (1776-1855)

Auteur d'un Mémoire sur le Commerce de Carcassonne, il fut Président du Conseil Général de l'Aude en 1815 et Receveur Général du Département jusqu'en 1830. En 1815, il acheta l'Hôtel "de Rolland" construit au milieu du XVIIIème s. par Jean François Cavaihès.Il fut par la suite vendu au Crédit Agricole.

Joly Henri (1790-1870)

Avocat républicain, opposant à la Restauration et à la Monarchie de Juillet, il défend Barbés en 1834. Député de Pamiers de 1831 à 1834, de Toulouse de 1839 à 1846, c'est lui qui proclame la Seconde République au balcon du Capitole le 25 février 1848. Réélu, il siège à la gauche des Assemblées, s'oppose à la loi Falloux, à la limitation du suffrage universel et au coup d’État de 1851.

Il doit donc s'exiler et ne revint dans sa ville natale de Limoux que pour y mourir le jour même de la proclamation de la Troisième République en 1871.

de Fonds-Lamothe Antonin, Louis Henri (1802-1887)

A Limoux, l'antique famille des Fonds-Lamothe a donné 9 consuls et 9 administrateurs de l'Hospice.De cette lignée sortirent également un député aux Etats du Languedoc , 2 présidents et plusieurs conseillers au Présidial. Louis Henri devint avocat.; il hérita de la fabrique de drap de son père en 1826. Exploitant les archives de la ville de Limoux, il rédigea en 1838 ses Notices historiques sur la ville de Limoux. qui lui valurent les éloges d'Augustin Thierry. Il rédigea ensuite jusqu'à la fin de sa vie  les Notes sur Limoux et son arrondissement.

Buzairies  Louis Alban ( 1807- 1871)

Médecin, influencé par Saint Simon, il nous a laissé de nombreuses notices historiques : Biographies limouxines en 1865, et des témoignages dans la presse locale. Enfant trouvé il fut remis à la Mairie de Villebazy avec un billet disant: vous l'appellerez Louis Alban et en prendrez soin! 5 ans plus tard, le Maire, Jean Louis  Buzairies épousa sa mère et le reconnut!

 

Javouhey Anne Marie  (1779-1851)

Religieuse entrée dans les ordres à l’âge de 19 ans, elle consacre sa vie à l’aide humanitaire en France et à l’étranger. Ses actions à Limoux : fondation de l’hôpital psychiatrique, création de l’école et du pensionnat. 

 Bayle Pierre (1783-1794)

Né à Tourreilles. Enfant, il devient Volontaire des Armées de la République, Tambour au 8ème Bataillon des Volontaires de l’Aude. Il est tué au combat à Muga, Espagne.

 Guiraud Alexandre (1788-1847)

Poète, romancier, académicien né à Limoux, précurseur de l’époque romantique. Ses “Elogies Savoyardes” en 1823 racontent l’itinéraire qui conduit un petit savoyard de ses montagnes à Paris. S’est lié d’amitié avec Alphonse de Lamartine et Victor Hugo avec lesquels il partage la même écriture romantique.Sa maison familiale abrite aujourd'hui la Sous-Préfecture.

Guiraud Léonce (1829-1873)

Fils d'Alexandre , il fut un homme politique opposer au régime impérial de Napoléon III. En 1869, il fut battu une fois de plus par le banquier parisien I. Pereire; la campagne fut agitée, ce dont subsiste des traces dans le folklore carnavalesque. Suite à l'invalidation des résultats, il fut élu avec 60% des voix et réélu en 1871. Son opposition au bonapartisme  rejaillit sur une droite qui se trouva des attaches territoriales , populistes et catholiques.

Brousse Fortuné (1811-1873)

Républicain et Libre-penseur,il se fit remarqué lors des journées révolutionnaires de 1848; Proscrit en 1851 après le coup d'Etat de Napoléon III, il rentra en France en 1857. Il revint sur la scène politique en 1871 en s'emparant de la Sous Préfecture de Limoux. Il sera élu député sur les listes complémentaires de 1871 au groupe parlementaire de l'Union Républicaine. Désirant être enterré civilement, il ne reçut pas les honneurs militaires du bureau de l'Assemblée, ce qui provoqua un débat parlementaire tumultueux.

 Lapasset  Ferdinand (1817-1875)

En 1820, sa famille se fixe à Limoux. Devenu général, il est alors le héros de la guerre de 1870. Opposé à la capitulation de Metz, il fait brûler les drapeaux de sa brigade, au lieu de les livrer à l’ennemi.

Digeon Emile (1822-1894)

Journaliste républicain, il fut proscrit au lendemain du coup d'Etat de Napoléon III en 1851.Déporté en Algérie , il s'évada et poursuivit le combat dans le journal La Fraternité. A la chute de l'Empire, Digeon anima entre autre un Comité de Salut Public. Il proclama la Commune à Narbonne pendant les événements de 1871. IL fut arrêté mais acquitté. Il se présenta plusieurs fois sans succès aux élections comme Anarchiste et en cela fut le seul exemple. Il publia un ouvrage: Droits et devoirs de l'Anarchie rationnelle.

Melliès Jean (1824-1884)

Fils de charpentier, à la mort de son père dans l'explosion d'un magasin de poudres à la Porte de la Trinité, la municipalité décida de prendre en charge l'éducation de l'orphelin. Plus jeune licencié en mathématiques, il fut successivement astronome, puis chimiste. Il écrivit un mémoire sur la commune thermale de Ginoles.

Bouichère Louis Tranquillin (1825-1911)

Né à Limoux, il entre au séminaire en 1848; Devenu Curé de Preixan, il forme des chœurs célèbres dans toute la région; il crée entre autres, un Cantique à Notre Damo de Limos encore connu de nos jours.

Esperonnat Jean, Pierre (1825-1874)

Issu d'une famille de vieille noblesse, il devint curé d'Escouloubre où il réalisa un canal d'irrigation du village; il fut nommé en 1866 à la tête du Couvent Saint Joseph de Cluny à Limoux. Comme une inondation menaçait la ville entière, il porta une statue dans l'Aude en pataugeant jusqu'à un pont où il se mit en prière: les eaux commencèrent alors à baisser! Il finit par reprendre ses travaux entrepris à Escouloubre où la population lui a élevé un monument en 1935.

Rivals Auguste (1839-1880)

Officier de la Marine de Guerre, il participa à 20 ans au conflit contre l'Autriche. A la guerre de 1870, il se battit sous les ordres de l'Amiral et  Général Benjamin Jaurès. Ses lettres adressées à sa famille condamnent sans détour la pourriture et la trahison du régime Impérial! Aide de camp de B. Jaurès, il mourut à son poste avec le grade de Capitaine de Frégate.

Rivals Jules (1851-1920)

Avocat au barreau de Limoux, il est élu au Conseil municipal. Il devint Conseiller-Président d'Assises à la Cour de Montpellier. En 1899 il devint Député de Castelnaudary jusqu'en 1901 année  où il démissionne, ne gardant que son poste de Conseiller Général. Membre de la société des Agriculteurs de France, il rédigea un ouvrage: l'Agriculture dans le Département de l'Aude.. Ensuite ce furent l’Âme Terrienne en 1907, l’Âme des Pierres: la Cité de Carcassonne en 1920, La Poussière du Chemin en 1924.

 Sabatier Michel  (1851-1918)

Né à Limoux. Inventeur de la liqueur “La Micheline”, de l'apéritif “l’Or-Kina” et d'un vin “Le Néol”, il fonde une distillerie aux pieds de la Cité, le 1er Novembre 1885, route de Narbonne. Il participe financièrement en 1898 au premier embrasement de la Cité. (“2000 ans d’audois”- Maison des Mémoires - Conseil Général de l’Aude)

 Dujardin-Beaumetz  Etienne (1852-1913)

Homme politique et peintre connu pour ses tableaux militaires inspirés de la guerre de 1870. En 1886, il épouse Marie Petiet et se fixe alors dans l’Aude, à La Bezole, tout près de Limoux. Il se lance dans la politique et devient sous-secrétaire d’état aux Beaux-Arts.

 Petiet Marie  (1854-1893)

Peintre. Née à Limoux, elle appartient à une famille d’artistes. Son père Léopold et son oncle Auguste fondent une école de dessin qui devient très vite un musée. Tous deux lèguent à la Ville de Limoux leur atelier qui prend le nom de “Musée Petiet” et leur collection de tableaux. Son œuvre est la représentation de la vie quotidienne locale. Épouse d’Etienne Dujardin-Beaumetz.

Sabarthès Antoine (1854-1944)

Le Chanoine  Sabarthès est né à Azille et a fait sa carrière à Narbonne, Grèze, Leucate et à l'hôpital de la Pitié puis à la Salpêtrière à Paris. Au temps de sa retraite, il vint consacrer ses études à Limoux où il se consacra à l'histoire locale. Il écrivit successivement: Le Dictionnaire topographique du Département de l'Aude 1912 , la Bibliographie de l'Aude 1914, l'histoire du Clergé de l'Aude de 1789 à 1803, Répertoire onomastique, 1939.Pour cette œuvre, le Chanoine Sabarthès a été fait Chevalier de la Légion d'Honneur. En 1931 paraîtra le Manuscrit Consulaire de Limoux, Etude historique et philologique.

Sivade Henri (1865- 1945)

Après une enfance pauvre et laborieuse dans la campagne limouxine, H.Sivade étudie les blasons chez le Frères de la Doctrine chrétienne à Carcassonne. Il devint le Maître incontesté du dessin héraldique dans tout le Languedoc. Il publia l'Armorial des Archevêques de Narbonne, les Armoriaux de Évêques de Carcassonne, Alet, Mirepoix et Saint Papoul. A Carcassonne il a décoré l'ancienne mairie, la chambre de commerce et l'Hôtel de la Cité. Il appartint dès 1907 à la SASC dans les bulletins de laquelle sont consignées des nombreuses communications.  La réserve des archives de l'Aude conserve précieusement 2 exemplaires de sa main de l'Armorial des communes et des corporations de l'Aude (1935)

Théron Georges (1871-1956)

Issu d'une lignée de valets consulaires et d'appariteurs au services de la Ville pendant deux siècles, Georgjou avait pour fonction officielle de battre tambour et d'annoncer à la population les avis municipaux.Concierge de l'Hôtel de ville, chargé également de guider les chercheurs dans les archives, il y contracta le goût de l'histoire locale. et connaissait parfaitement les traditions locales, en particulier le carnaval. En outre, il jouait du cornet à piston dans la société musicale de la ville qu'il avait fondée.Chansonnier populaire, il écrivait des partitions pour les fêtes des environs. Chroniqueur patoisant dans la presse locale, sous le pseudonyme "Le petit fil del Baou" , il commanda les Sapeurs pompiers de Limoux pendant de longues années et accomplit de nombreux actes de courage qui lui valurent la Légion d'Honneur.

 Védrines Jules  (1881-1919)

Aviateur célèbre pour ses missions durant la première guerre mondiale et ses atterrissages audacieux sur les toits de Paris, il joue à Limoux un rôle politique. Candidat malchanceux aux élections législatives de 1912 et 1914 dans la circonscription de Limoux-Quillan, il disparaît dans le massif du Mont Blanc lors du raid Paris-Rome.

 Delteil  Joseph (1894-1978)

Paysan-écrivain. Né à Villar en Val, il a vécu la plus grande partie de sa vie à Pieusse avant de s’installer à Montpellier où il décède. Il est enterré à Pieusse. Auteur d’“Ode à Limoux” en 1927 et de" la  Belle Aude” en 1930, lauréat de l’Académie Française, Prix Femina en 1925 avec “Jeanne d’Arc”, il écrit aussi bien des romans que des pièces de théâtre, adaptés pour le cinéma. Surréaliste à ses débuts, il devient delteilliste. Écrit une autobiographie la “Deltheillerie” en 1968 dans laquelle il raconte son amitié avec Henry Miller ou encore Chagall et Delaunay, qui ont séjourné à plusieurs reprises à Limoux.

Magali (1898-1986)

Née à Limoux, elle fait ses études à Carcassonne et entreprend une correspondance avec Frédéric Mistral. Son premier roman “L’armoire Normande” évoque Limoux. Durant sa vie, elle écrit 100 romans, ainsi que des opérettes, des pièces de théâtre, collabore à de nombreux hebdomadaires et compose une chanson pour Édith Piaf. Elle a activement participé à la résistance durant la seconde guerre mondiale. Prix la Croix du Chevalier d’Honneur (1954) et Prix Paul Feval (1985).

 Duclos  Henri (1902-1984)

Écrivain et poète. Né à Limoux, résistant déporté aux camps de Nemengane et Terrezin, il a été conservateur du Musée Petiet. Il a connu Delteil, Delaunay et Chagall qui a offert une lithographie de “la Genèse” au Musée Petiet.

Plancade Jules (1914-1987)

Successivement aumônier militaire, curé de Maquens et de Fitou, il devint Ermite sur le Pla de Fitou dans l'Ermitage de Saint Aubin qu'il avait acheté et restauré. Il y vécu jusqu'à sa mort, traduisant en occitan des œuvres françaises de Joseph Delteil ou Prosper Olmières entre autres.

 Ruffié Jacques  (1921-2004)

Né à Limoux, fils de notaire, il fait de brillantes études à Carcassonne, aux facultés de médecine de Toulouse, Montpellier et Paris, puis à la faculté de Sciences de Toulouse. Résistant en 1944, ses blessures lui interdiront la pratique de la médecine ; il était titulaire de la Croix de Guerre et Grand Officier de la Légion d’Honneur. 
Docteur en médecine, docteur en Sciences et agrégé de l’Université, il est tout d’abord nommé professeur titulaire de la chaire d’hématologie à la faculté de médecine de Toulouse (1965-1972), directeur général du Centre Régional de Transfusion Sanguine de Midi Pyrénées (1961-1972), année où il est titularisé professeur de la chaire d’anthropologie physique au Collège de France. Parallèlement, il fonde et dirige à Toulouse, de 1962 à 1978, le Centre d’Hémotypologie du Centre National de la Recherche Scientifique. Savant rigoureux, écrivain prolifique, il a su convaincre un large public que la biologie permettrait d’exclure le concept de race. Il a donné son nom au Lycée de Limoux.

Jean-Marie Besset (1959-

Né en 1959 à Carcassonne, il vit à Limoux jusqu’à son baccalauréat. Après des études d’économie et de sciences politiques, il s’établit à New York. Satiriste des classes dirigeantes et des hommes de pouvoir, il débute avec “Villa Luco” en 1989 à Strasbourg, qui met en scène De Gaulle et Pétain. Il obtient le Molière de la meilleure adaptation pour la pièce étrangère “Copenhague” en 1999. Il revient sur ses anciennes planches pour créer le Festival Nouveaux Auteurs en Vallée d’Aude (NAVA) fin juillet début août. En 2000 le festival accueille Annie Girardot et l’avant première de sa création “Marie Hasparren” qui a eu un beau succès à Paris à l’automne 2000. Le Festival NAVA est véritablement ancré dans la programmation culturelle de la ville. En 2009, il est nommé directeur de la scène nationale du théâtre de Montpellier. 

 Ferrier Jacques (1959-

Né en 1959 à Limoux.Ses nombreuses réalisations comprennent des bâtiments publics, des équipements culturels, des bureaux, des bâtiments universitaires, des centres de recherche, des logements. Parallèlement à sa production, l’agence Jacques Ferrier Architectures est une des rares en France à développer une activité de recherche architecturale en partenariat avec des industriels, comme en témoignent le projet de bureaux Concept Office (avec EDF) et la tour environnementale Hypergreen (avec Lafarge). En faveur d'une « architecture pour une société durable », Jacques Ferrier œuvre pour des projets novateurs, écologiques et responsables vis-à-vis des enjeux urbains. Sa vision optimiste et humaniste de la ville à venir trouve son aboutissement dans le Pavillon France pour l'exposition universelle de Shanghai 2010 à travers le thème de la Ville Sensuelle, préfiguration d'un monde construit où la nature et les sens occupent une place centrale.
Jacques Ferrier est professeur des écoles d'architecture. Il a reçu plusieurs prix dont le Prix de la Première Œuvre du Moniteur en 1993 et a été nommé pour le prix de l'équerre d'argent et le Grand Prix national de l'architecture. Il est l'auteur de nombreux ouvrages et articles sur l'architecture. Son travail a été publié dans de nombreux quotidiens et revues en France et à l'étranger.
En 2005, il est nommé chevalier de d'ordre des Arts et des Lettres.
Jacques Ferrier est aussi membre du Conseil d'administration de la fondation Bâtiment Énergie créée en 2005, pour promouvoir les projets européens de recherche en développement durable.

Il a été choisi par concours pour construire la future médiathèque à l'ancienne tuilerie de Limoux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de notre site et de ses services. En savoir plus J'ai bien compris